• Martine Chanoine

    Martine Chanoine, votre spécialité est le développement de nouveaux concepts destinés à la grande distribution, vous êtes diplômée de l'Essec en marketing / développement commercial.

Consommation collaborative

De quoi s’agit-il ?

C’est un nouveau modèle économique basé sur le partage, en termes simples, c’est partager, échanger, louer plutôt qu’acheter. Internet permet la mise en relation entre particuliers, et pourquoi acheter et posséder des objets qui souvent servent peu alors qu’ils peuvent être partagés. L’usage prime sur la propriété.

 

Est-ce-que ce modèle où l’on partagerait tout n’est pas utopiste ?

Il ne s’agit pas d’une mise en commun et de tout partager, mais par l’intermédiaire de sites Internet de mettre en relation des particuliers, pour donner une nouvelle vie à des produits, pour s’échanger des services…etc, de nombreux domaines sont concernés, tels que le transport par le covoiturage, l’alimentation avec la création de communautés de voisinage où l’on se regroupe pour acheter, le financement de projet, le voyage…

Il ne s’agit pas d’arrêter de consommer, mais de consommer autrement et moins cher.

 

La consommation « collaborative » offre un intérêt financier, quels sont les autres aspects ?

Oui tout à fait, les consommateurs sont confrontés à des contraintes budgétaires et ils doivent faire en permanence des arbitrages, cette nouvelle façon de consommer permet à la personne qui utilise le bien ou le service de faire des économies, pour la personne qui met à disposition ce même bien ou service de gagner de l’argent et au site de mise en relation de se rémunérer par le biais d’une commission.

 

Le deuxième intérêt est humain, puisque l’échange et le partage est au cœur de ce système, c’est la possibilité de rencontrer de nouvelles personnes, de faire partie d’une communauté.

 

Et enfin, la consommation collaborative répond à des aspirations écologiques en limitant la surconsommation.

Il faut savoir qu’une voiture est à l’arrêt en moyenne 92% de son temps, votre maison secondaire dort également, votre argent et un tas d’objets au fond de vos placards … Alors pourquoi ne pas en faire profiter d’autres personnes.

 

Mais comment être sûr que la mise en relation va bien se dérouler ?

Derrière ces sites de consommation collaborative se trouve des systèmes de réputation (références, notation) qui permettent d’évaluer les utilisateurs, ce qui les incitent à bien se comporter afin de créer et maintenir la confiance.

 

C’est donc un modèle basé sur la confiance ?

Non seulement il est basé sur la confiance, mais en plus il crée du lien, l’humain est placé au centre de la relation C’est un modèle économique qui répond à des aspirations, qui a du sens en pleine crise économique. C’est pour cette raison que les sites collaboratifs ont un tel succès et qu’ils se multiplient et touchent un grand nombre de secteurs

 

 

Quels sont les secteurs concernés, y-a-t-il un site dédié ?

Le blog de la consommation collaborative – http://consocollaborative.com/ - animé par Antonin Léonard, diplômé de l’EM Lyon, fait référence en la matière.

Vous y trouverez une liste de 100 sites de consommation collaborative dans les secteurs suivants :

  • Alimentation
  • Location/Revente/Don/Echange/Troc/Envoi de biens matériels
  • Transport
  • Voyages
  • Accessoires et cadeaux
  • Location d’équipement pour enfants
  • Finances alternatives
  • Echange / Troc de services
  • Habitat
  • Coworking
  • Recyclage
  • Partage de gestes et idées écologiques

 

Comment réagissent les acteurs traditionnels ?

Les constructeurs automobiles ont déjà réagi et proposent des offres, les grandes enseignes ne sont pas en reste, les bourses d’échange ou d’occasion se multiplient.

 

L’évolution de ce modèle économique est à suivre de prêt…

Les autres conseils de l'Expert

Je m'inscris
gratuitement au programme
Passeport Création

Envie de réussir votre création d’entreprise ?

Nous avons un programme d’accompagnement adapté
pour vous donner les 5 clés de la réussite !