• Patrice Handjian

    Patrice Handjian, vous avez animé pendant plusieurs années un réseau d’agences bancaires. Vous venez de prendre votre retraite. Vous connaissez bien les créateurs d’entreprises, quels conseils leur donnez-vous ?

Surveillez votre tableau de bord !

 

Qu’est-ce qu’un « bon » gestionnaire pour un banquier ?

Ce n’est pas forcément quelqu’un qui a fait des études de gestion. C’est d’abord quelqu’un qui connaît bien son métier et qui anticipe les changements voulus par ses clients. Il a un œil sur aujourd’hui et un autre sur demain.

Mais il faut pourtant des chiffres !

Oui mais les chiffres sont la traduction de la réalité. Ils servent  à se comparer à d’autres entreprises du même métier grâce aux Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG). Ils servent aussi à mesurer l’évolution de votre entreprise d’une année à l’autre. L’essentiel est de choisir les bons indicateurs.

Alors, dites-moi : quels sont les bons indicateurs ?

Il n’y a pas de tableau de bord standard. Il faut faire du « sur mesure ». Le tableau de bord d’un Airbus A 340 n’est pas le même que celui d’un planeur ! Les indicateurs de la première année ne sont pas les mêmes que ceux d’une entreprise en 5ème année. Les indicateurs d’une PME industrielle ne sont pas les mêmes que ceux d’un artisan ou d’une profession libérale. Il faut sélectionner les indicateurs qui enclenchent des décisions. Ils ne sont pas là pour la décoration ! Le chiffre d’affaires peut être enregistré par jour ou par heure si cette mesure implique des décisions ultérieures. Sinon, un chiffre mensuel peut suffire. La marge brute, pour un commerçant, doit être analysée en tenant compte des soldes. Et puis, bien sûr, la surveillance étroite de la trésorerie en respectant ce vieil adage : « Se faire payer le plus vite possible par le client et payer ses fournisseurs le plus tard possible ».

Combien faut-il d’indicateurs ?

Là encore, il est difficile de généraliser. Mais l’idéal est d’en avoir peu, trois ou quatre, pour les avoir toujours en tête. Ce sont des fonctions d’alerte pour aider le dirigeant à prendre rapidement une décision qu’il aura préparée auparavant. Prenons un exemple. Si le développement commercial d’une entreprise passe par le parrainage d’un client par un client, il est fondamental  de calculer toutes les semaines combien chaque client parraine de nouveaux clients. Si la mesure est inférieure aux objectifs, il faudra changer sans attendre les outils de stimulation des parrains pour mieux les motiver. Il faut avoir « un plan B ».

Qui peut m’aider à les choisir ?

Votre expert-comptable, votre parrain, votre banquier, votre Formateur Référent du site passeportcreation.fr. C’est une réflexion qu’il faut mener pas à pas. Le site passeportcreation.fr a nommé cet outil de gestion un « tableau de portance » par analogie avec « l’effet de portance » qui permet à un avion de voler. C’est la même chose. Posez-vous la question : « qu’est-ce qui permet à mon entreprise de rester en l’air ? ». Vos réponses seront vos indicateurs !

Les autres conseils de l'Expert

Je m'inscris
gratuitement au programme
Passeport Création

Envie de réussir votre création d’entreprise ?

Nous avons un programme d’accompagnement adapté
pour vous donner les 5 clés de la réussite !